Le protocole de Simpson– l'Hypnose sans mots

.Le protocole de Simpson, développé par Ines Simpson (Canada), est la seule méthode connue par laquelle les hypnotiseurs sont capables de communiquer efficacement avec les clients qui sont dans l’état d’Esdaile * (coma hypnotique). Ainsi, avec cette méthode, l’hypnotiseur est capable de communiquer avec le subconscient profond du client et d’apprendre quels sont les problèmes réels et profonds du client. L’hypnotiseur est donc capable de faire tout ce qui est nécessaire pour obtenir les meilleurs résultats possibles pour son client.

L’état d’Esdaile est à son tour le point de départ pour des états d’hypnose plus élevés et plus bas.

Dans ce stade de l'hypnose, la conscience est si désintéressée qu'elle veut juste être laissée seule, avec toute son euphorie et sa tranquillité. Le travail de l'hypnotiseur n'est donc plus questionné par le subconscient ou jugé de manière suspecte ou critique, même s'il est déjà en somnambulisme (état d'hypnose profondément relâché). Le client entend tout ce qui se passe autour de lui et se rappelle de tout, mais il ne s'en soucie pas à ce moment-là. En conséquence, le client ne ressent pas non plus le besoin de répondre aux questions posées par l'hypnotiseur.

Une partie du corps, par exemple un bras du client, est laissé dans le somnambulisme tandis que le reste du corps est conduit dans l’état d’Esdaile. Ainsi, il est maintenant possible de communiquer par l’intermédiaire de signaux idéomoteurs de manière interactive avec le client.

Contactez-nous!

Si vous avez encore des questions, appelez-nous ou utilisez notre formulaire de contact!

*James Esdaile était un chirurgien écossais dans une prison indienne et fut le premier à développer cette technique vers 1800. Puisque l’anesthésie chimique n’était pas disponible à ce moment, il utilisait cette technique pour aider ses patients à faire face à la douleur pendant le traitement médical. La chirurgie et les amputations étaient indolores, avec une guérison meilleure et plus rapide que les autres médecins à cette époque. De nos jours, cette technique est utilisée dans certaines cliniques pour effectuer des interventions sans anesthésie.